Aujourd’hui, c’est Marie Yuna Le Corre qui est passée nous voir au studio. On avait envie de vous faire partager le quotidien d’une artiste évoluant dans le milieu du cirque depuis quelques temps donc découvrez une Fildefériste!

INSTAGRAM:
@la_grosse_loutre

D’ où viens tu?
Je viens de Bretagne, des côtes d’armor, et plus précisément d’une petite ville du nom de Tréguier.

Comment/quand as tu su que tu voulais devenir artiste de cirque?
Adolescente, mes parents sont tous deux dans des milieux artistiques et me trainaient tout le temps dans des spectacles, concerts etc … Un jour ils m’ont emmenée voir un spectacle de cirque contemporain où il y avait une fildefériste incroyable, je suis tout de suite tombée amoureuse de la discipline et le lendemain on regardait les éventuelles formations.

Quelle est ta discipline? 
Je suis donc fildefériste (souvent amalgamé avec « funambule »). c’est une discipline qui consiste à tenir en équilibre sur un câble d’acier tendu, on y exécute des figures acrobatiques, de la danse, etc. La hauteur du fil va en général jusqu’à 3 m maximum (contrairement au funambule qui se pratique beaucoup plus haut) le mien est à 2m du sol.

Quelle est ta formation principale?
Petite j’ai fait pas mal de théâtre et de la danse (classique et flamenco). Ensuite je suis partie à 16 ans pour intégrer la formation bac option « arts du cirque » à l’école nationale de cirque de Châtellerault, puis j’ai continué mon chemin de l’autre coté de l’océan en intégrant ensuite l’école professionnelle de cirque de Québec, au Canada, d’où je suis sortie diplômée en 2014.

Quel type d’entretien quotidien pour ta discipline?
Cela varie, pendant une période d’entre 2 contrats, je m’entraine en général 3 jours par semaine en fil, et le reste du temps je fais de la souplesse et du yoga chez moi ( j’ai même un trapèze dans mon salon!) et pendant les contrats en général le rythme est intense, je joue pratiquement tous les jours/soirs, parfois plusieurs fois par jour. Dans ces cas là, je répète juste un peu avant le spectacle, sous forme d’échauffement.

Tu travailles au cabaret Manko avenue Montaigne, comment t’es tu retrouvée la bas?
En faisant une audition pour eux l’été dernier, j’y ai présenté à leur demande mon numéro de pointes sur verres ( un numéro d’équilibre de pointes de ballet sur bouteilles et verres à pieds retournés ). j’y joue régulièrement ce numéro depuis le mois de septembre, les week ends. C’est un univers de la nuit fascinant et envoutant, un brin déjanté, une sacré expérience de jouer la bas ah ah !

Tu travailles aussi au cirque électrique de porte des lilas?
La bas il s’agit plus de contrats ponctuels, j’y ai joué tout l’hiver dernier le spectacle « carnival » et prochainement on joue tout le mois de mars un « cabaret décadent » dans le style sexy, provocant et rock n roll. Une des particularité de cette compagnie est qu’ils jouent toute leur musique en live, ce qui rend les spectacles beaucoup plus
« vivants » et uniques selon mon avis. C’est aussi une très chouette famille et des humains extraordinaires.

Tu as quel statut?
Je serais intermittente du spectacle au mois d’avril, ce sera ma première intermittence car j’ai déménagée du Canada seulement dans le courant de l’année dernière et c’était donc ma première année à travailler en France.

Quelles sont les plus grandes difficultés que tu rencontres pour vivre ta vie d’artiste? 
Je dirais l’instabilité et l’incertitude. Mais ce ne sont pas vraiment des difficultés car dans le fond si on fait ce métier c’est aussi parce qu’on aime ce mode de vie, il n’y a aucune routine, et c’est ce qu’on recherche un peu tous.

Quelle est ta pire blessure?
J’ai eu beaucoup de chances jusque là, car pour moi mes « pires blessures » n’ont toujours été que des entorses aux chevilles! Par contre je ne compte plus le nombre d’entorses, mais ce n’est que bénin comparé à ce que j’aurai pu avoir!

Les gens vont moins souvent au cirque, c’est l’aire netflix, que leur dirais tu pour les inciter a y aller?
Venez, ici les cascades sont réelles ! Ah ah ! Il y a aussi le fait que beaucoup de personnes voient encore le cirque seulement comme le cirque traditionnel, un peu kitsch et avec des animaux … le cirque à évolué depuis un bon bout de temps maintenant, pour laisser place à un cirque nouveau/contemporain, qui est un mélange de theatre, danse, cirque et encore d’autres arts à la fois. ils seraient agréablement surpris de découvrir le cirque sous un autre angle, de se laisser toucher et de s’identifier parfois à ce qu’ils peuvent voir sur scène. Il y a tellement de registres différents maintenant … Il y en a pour tous les goûts, comme pour les films!

Quel est le dernier morceau que tu as écouté?
Maggot brain de Funkadelic, que j’écoute en boucle en entrainement, la musique de mon prochain numéro de fil.

Où vas tu manger après un entrainement?
euh quasi tout le temps chez moi, j’adore cuisiner ! Je suis aussi une obsédée de la bouffe, alors disons que si je dois sortir ce serait pour aller au Biglove caffé, qui font les bests brunchs de Paris.

Tes chaussures préférées pour danser?
Mes santiags! Toujours, peu importe l’activité ou les circonstances …

Quel est ta prochaine actualité?
Le « cabaret décadent » au Cirque Électrique, du 28 février au 31 mars.

Quelle est ta devise?
Rien n’est jamais acquis …

 

Posted by:blendereditor

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.