Aujourd’hui on a rencontré l’envoûtante artiste performeuse Burlesque Mamzelleviviane. Dans cet entretien, elle nous parle d’elle et sa vie d’artiste. Les trés belles photos on été réalisées par Eve Saint Ramon.

Instagram:   
@Mamzelleviviane  et @virgini.georges l’envers du décors

Petite présentation?
Artiste multifacettes pourrais-je ainsi me présenter. Je viens de plein de pays qu’on appelle Théâtre, Music Hall et Burlesque… tout à la fois et dans tous les sens.
J’ai un peu fait tout à l’envers mais ce devait sûrement ce faire dans cet ordre là.

Plus je grandis plus je deviens une gamine qui s’amuse à se réinventer.

Et plus je grandis plus je me fous à poil… au sens propre et figuré. Mais pas au sens vulgaire du terme. Peut être finirais-je nue un jour…. ou pas. Ce dont on est à peu près sûr au fond c’est qu’ l’on finit tous poussière. J’ai donc opté pour l’effeuillage burlesque. Un art multiple, inépuisable de créativité, populaire dans lequel on se dévoile, on se raconte, élégant et provocateur, divertissant, proche des gens et profondément humain.

Je suis donc actuellement essentiellement Performeuse Burlesque. Dans performance il y a une dimension forte. Parce que l’on crée, on mêle les genres d’expression, on répète beaucoup, on est artisan, centre d’un art dans lequel on se lance des défis soi même, on réalise quelques exploits parfois. On se remet en question sans cesse et on espère marquer un peu de sa patte et sa sensibilité le monde, ou au moins émouvoir peut-être quelques spectateurs

Ou vis tu actuellement?
Je vis depuis 5 ans à Vitry sur Seine. J’ai grandi banlieusarde mais suis parisienne dans l’âme. Enfant de la Mouff (Quartier latin du 5e) de ses pavés et sa gouaille.

Quand as tu commencé la danse?
J’ai commencé tôt, en classique comme beaucoup de petite filles, devant ma télé aussi en mimant les filles des comédies musicales et les chorégraphies de clips de Michael Jackson.

J’ai touché un peu à tout. Bon j’ai arrêté la danse classique tôt aussi car je préférais regarder « Les mystérieuses cités d’or ». Je l’ai un peu regretté quand j’ai compris plus grande qu’existait les rediffusions, puis les cassettes vidéos, puis les dvd. Je ne suis jamais devenue danseuse étoile. C’est moche ;o).

As tu suivi une formation particulière?
BAC G3 et BTS action commerciale ca ne fait pas rêver mais c’est pourtant aussi ce que j’ai fait.
En danse non j’ai été formée sur le tas !! j’ai une une vie de régime général avant l’artistique.
Je prenais plein de cours de jazz en banlieue, ado, avant mon bac.
Quand j’ai compris que l’expression artistique me démangeait trop, j’ai suivi une formation de théâtre (VIRIOT) pris des cours de comédia dell arte, de clown, j’ai joué beaucoup aussi de théâtre et j’aime profondément le théâtre.
La danse J’ai remis le couvert à 30 ans. Sur le tard et le tas.

A quel rythme t’entraînes tu?
Mon rythme de travail est très variable. Car les prestations sont toujours assez différentes et jamais dans un rythme régulier. il faut s’adapter et tâcher de trouver une rigueur, un rythme et de la ressource. Je suis des cours de claquettes 2 à 3 fois par semaine pour me former. Quand je peux des cours de Barre au sol, ou jazz… chant aussi.
Je répète selon les programmations 2 3 fois par semaine en moyenne. Et je cours après le temps. Toujours.

Y a t-il un ou des danseurs qui t’inspirent ou t’ont inspirés?
En fan de comédies musicales je pourrais vous citer Cyd Charisse, Julie Andrews, Zizi Jeanmaire, Judy Garland, Liza Minnelli. Fred Astair, Gene Kelly… Michael Jackson, Bob Fosse, Annie Cordy aussi ;o) Jeanne Moreau.
Il y a Aussi James Thierrée. Un ovni incontournable.

Tu te produis en France et à l’étranger?
Je me produis en effet partout en France, en Europe, au gré des demandes. J’ai eu la chance de partir en Chine ou encore aux Etats Unis pour performer et je nourris quelques rêves de grandes aventures ;o)

Ta plus belle expérience de danseuses?
Il y a eu une étonnante expérience ressentie plus en tant que femme que danseuse. Mais à travers mon art du burlesque et la danse donc. C’était l’ouverture du défilé de lingerie en 2013. Une performance burlesque sur un katewalk de 30 m de long. Je représentais la lingerie Maison Close. J’ouvrais le bal en quelque sorte.
A 38 ans et du haut de mes 1,M 65, j’ouvrais ce défilé de mannequins de 18 ans et 1,80…
Faire le show seule, sur ce Katewalk immense et devant une ribambelle de photographes et pros de la mode… comment dire… J’ai ressenti une profonde fierté en tant que femme de mon âge et de mon gabarit. Ce n’est qu’un salon professionnel en soi. Mais face aux codes de la mode qui dictent une société et cassent la représentation de la féminité, ouvrir ce défilé était un acte extrêmement fort pour moi. J’ai rarement vécu une telle sensation de pouvoir et de se sentir pleinement dans son art. Avec un sens. Un engagement.
Bon oui j’avoue je me suis aussi sentie un peu telle une princesse dans une pub de parfum Egoïste ou Dior. Manquait plus qu’un prince vienne me faire essayer un escarpin et me demande en mariage. Je ne sais pas cela dit si j’aurais dit oui;o).

Tu peux nous raconter Ta pire blessure?
Elle n’est pas physique.;o). J’ai eu la chance physiquement de n’avoir jamais eu de grosses blessures.

En tant qu’artiste quel est ton statut?
Je suis intermittente du spectacle. C’est un statut dont je mesure la chance. Et pour autant je ne me repose pas sur mes lauriers. Toujours en quête de nouveauté, curieuse et le besoin de la scène.

Quelles sont les plus grosses difficultés pour développer ton  business/ta carrière?
Haha j’ai l’impression en lisant cette question de caresser la lampe d’ alibaba.
Alors je voudrais faire des vœux :
Être plus efficace en communication sur les réseaux sociaux, sur mes actualités. ce n’est pas naturel chez moi.
J’aimerais créer plus d’images Photos. Vidéos.
J’aimerais développer davantage mon réseau, et opportunités de jouer au théâtre, tourner sur de belles scènes et faire évoluer de jolis et coûteux projets.
Je voudrais arrêter le temps aussi, pour observer le monde et écrire un joli projet.
Je voudrais me foutre la paix a la confiance face à la compétitivité.
Il n’y a pas de difficultés en soi. Il y a la façon dont on les aborde.
;o)

Ton créateur (trice) de vêtement préféré?
Foncez découvrir Maxime Blotin, Kiki Béguin et Jérôme Dillinger et François Tamarin. Leur talent d’artisans créateurs, faiseurs de rêves et de costumes magnifiques.

Ton magazine préféré?
Les Magazines Photos que ce soit de maisons à décorer, paysages paradisiaques ou de peau et de regards mis sublimement en lumière.

Ta paire de chaussure préféré?
Des boots et basquettes de danse Sancha Block. C’est malheureux vous trouverez peut-être venant de la bouche d’un performeuse. Si j’aime porter les talons, je suis aussi une femme de terrain.

Qu’est ce que tu écoutes en ce moment?
Kiss de Prince. Allez savoir pourquoi…

Quel est ton actualité?
La nouvelle seine avec « Le Cabaret burlesque » de Valentina del Pearl les vendredis et samedis. Prochaines dates 13 14 avril. Et le Cabaret Immersif de Emilie Loison le 28 avril prochain.
Magnifique Presta privée avec vue, en suisse à 3000 m d’altitude.. parmi d’autres prestations en province et Festivals…
Des ateliers d’enterrement de vie de Jeune fille. Le printemps amène quelques mariages.

Ton petit mot de la fin?
Bisou…

Posted by:blendereditor

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s