A l’occasion du lancement de l’eshop de la marque parisienne STUDIO RICE, qui créent tous leurs produits en région parisienne, rencontre avec sa créatrice:  Céleste Durry

Et comme on est gentils, bénéficiez de -20% avec le code: BLENDER&RICE

Site web: studioriceparis.com

Instagram: @studioriceparis

D’ou viens tu?
Paris Paris…

Qu’est ce qui t’a amené a la mode?
Sans doute ma mère car elle avait toujours des tenues originales, formes, couleurs, motifs, qui détonnaient d’originalité dans notre quartier très classique et bourgeois. J’ai des souvenirs furtifs de ma plus petite enfance où je me revois assise dans un coin de boutique à admirer les essayages qu’elle faisait avec ses copines sur le chemin de retour de l’école.

Quel formation as tu suivi?
Après un bac Littéraire et des cours d’arts plastiques et d’histoire de l’art aux Arts deco, j’ai passé le diplôme de styliste/modéliste à l’école de la Chambre Syndicale de la couture parisienne. J’ai fait mes stages de fin d’études chez Jean-Paul Gaultier et Thierry Mugler puis XULY.Bët, chez qui je suis restée… pendant près de 15 ans.

Qu’est ce qui t’a décidé à lancer ta propre marque?
Période de transition, j’avais terminé une mission de DA pour une marque et j’avais un petit peu de temps devant moi, je l’ai utilisé pour me fabriquer des pièces car j’avais envie de renouveller ma garde-robe et puis les copains et copines ont flashé dessus et ont commencé à me demander pourquoi je ne me lançais pas. Mais je connais bien les difficultés de l’entreprenariat et j’étais fermement décidée à ne plus me relancer dans une aventure de cet ordre, avec notamment toutes les problématiques administratives et commerciales que ça implique… Quand on a commencé à m’arrêter dans la rue pour savoir d’où venaient les pièces que je portais, là je me suis dit qu’il y avait quand même quelque chose à faire…

Ou fabriques tu? Ou achetes tu la matière première?
Je cherche mes tissus et fournitures sur le salon Première Vision qui a lieu 2 fois par an, 3 jours de marathon intensif pour trouver la pépite de la saison prochaine… Tous les prototypes sont réalisés dans mon atelier parisien. Quant à la production, je la confie à des façonniers sur Paris et région parisienne.

Quels sont tes inspirations pour créer tes produits?
Rien de précis, tout m’inspire : les gens, les choses, la nature, les événements, les artistes toutes disciplines confondues, œuvres graphiques, textes, musique, architecture… Dans toute chose, il y a une bonne idée à prendre. Et puis nous sommes des éponges, tout ce que l’on voit, tout ce que l’on vit, s’imprègne en nous consciemment ou pas. J’aime l’idée que cela ressorte dans mes créations et que je ne m’en rende compte qu’après !

Sinon quand je démarre une collection, j’aime beaucoup partir des tissus. J’adore cette phase du travail, partir à la recherche des matières et des imprimés… c’est un crève-coeur d’ailleurs quand je dois en éliminer pour resserrer la collection !

Quels sont les projets pour la marque pour la saison 2018/2019?
Le lancement de la marque justement ainsi que son eshop. J’espère que les gens seront sensibles à notre démarche de proposer des séries limitées et sur pré-commandes uniquement, de beaux produits fabriqués en France avec beaucoup d’amour et de savoir-faire, et à garder toute une vie !

Pour cette première collection, j’ai revisité les classiques du streetwear qu’on adore et je les ai twistés version luxe, dans des tissus flamboyants évoquant les tapisseries des intérieurs bourgeois et cosy. Toutes réversibles, les vestes se portent soit du côté noir damassé, soit du côté motifs animalier ou camouflage très colorés. Des pièces cosmopolites et unisexes que chacun est libre de s’approprier en les portant complètement différemment selon les occasions ou l’humeur du moment.

Quels sont les plus grosses difficultés quand on lance un tel projet?
Les finances d’abord. Monter une collection coûte très cher et la production n’en parlons pas… En plus il faut avoir les fonds de roulement nécessaires pour tenir des prémices de la création jusqu’au moment où le client final paiera la pièce, il se passe facilement 6 à 9 mois entre les deux…

Quel est ton statut? Tu vis entièrement de ta marque?
Je lance la marque now, donc pour l’instant je vis des missions de création que je mène pour d’autres marques de mode et je donne aussi des cours de stylisme à l’Atelier Chardon-Savard.

Ton magazine préféré?
Bien entendu j’aime beaucoup Blender, pour son parti pris graphique et la sélection éclectique d’artistes interviewés car j’y fais des découvertes à chaque numéro. Et puis aussi pour son créateur Sonikem qui me donne l’impression d’avoir eu 10 vies et d’être sur 1000 projets passionnants tout le temps…;-)

Tes chaussures/sneakers préférées?
Malgré une collection spectaculaire de talons hauts, je passe ma vie en baskets. Une préférence pour Nike en général, Air Max of course et  Dunk Sky Hi pour les compensées. Mais mes paires préférées sont celles que je customise avec les tissus de mes collections..;) C’est d’ailleurs un service que je proposerai à mes clients, customiser leur paire préférée avec le même tissu que la veste Studio Rice qu’ils se seront achetée.

Qu’est ce que tu écoutes en ce moment?
En ce moment beaucoup Kendrick Lamar, son dernier album.

Ton mot de la fin?
Big up à Blender et tous ses lecteurs, let’s make the world more beautiful all together ❤ ❤ ❤

Posted by:blendereditor

One thought on “STUDIO RICE PARIS, rencontre avec sa créatrice Celeste Durry

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.