Une petite présentation:
Salut, je suis Beks! On m’a dit que je fais de la musique qui ressemble à un redémarrage de The Chocolate Factory en 2021, mais filmée dans un penthouse de gratte-ciel avec des plafonds en miroir et des fontaines de Champagne.

Quelle est ton histoire avant de commencer la musique?
Avant d’écrire de la musique, je vendais des sacs à main à l’arrière de mon break sur la côte est de l’Australie. N’ayant appris aucun instrument et n’ayant aucune compétence en production, j’ai réalisé des démos en utilisant des mémos iPhone et des ustensiles de cuisine pour créer des beats. Quelques années plus tard, je faisais une tournée en Australie avec The Darkness en tant que guitariste chanteuse d’un groupe punk rock entièrement féminin appelé RACKETT. En 2019, j’ai changé mon son en pop, apportant mon éthique punk avec moi et j’ai fait une tournée au Japon pour apprendre et jouer de l’EDM Pop.

Raconte nous la vraie histoire derrière «The Thing About Us»?
La chanson est basée sur mon expérience personnelle en tant que femme romantique célibataire et désespérée dans la ville à la recherche d’amour sur les applications de rencontres. Il s’agit de me retrouver constamment dans un modèle sur des aventures de courte durée alors que je lutte pour trouver le prince fictif parfait pour s’adapter au conte de fées fantastique socialement endoctriné. C’est une chanson prémonitoire, c’est pessimiste à certains égards, mais d’un autre côté, il s’agit de l’amour des adultes en voyant un drapeau rouge et en renvoyant la princesse ou la princesse dans la forêt avant de laisser tomber mes cheveux de la tour. Métaphores mises à part, j’ai rencontré un mec sur l’amadou, nous sommes sortis ensemble pendant 12 semaines, nous nous sommes saoulés et avons fait la fête tout le temps, il est devenu mon meilleur ami, mais après avoir dégrisé, j’ai réalisé que ce n’était pas de l’amour mais juste de l’idée que J’étais amoureuse.


Quel est ton instrument préféré?
Mon atm d’instrument préféré est mon Autura Midilab que j’utilise pour composer partout où je vais. J’ai été batteuse et guitariste, l’utilisation de logiciels de batterie et d’amplis a rationalisé mon processus d’écriture et m’a permis de faire de la musique à un rythme rapide.

Comment commences-tu ton processus créatif pour créer une chanson?
Depuis septembre 2020, mon approche de l’écriture musicale est animée par un état d’esprit collaboratif. Les sessions se déroulent généralement comme ceci; aller en studio avec un auteur-compositeur ou un producteur avec lequel je n’ai jamais travaillé ou la plupart du temps ne pas encore rencontré, parler de nos expériences et trouver un fil conducteur en étant vulnérable et prêt à partager les détails du traumatisme, à obtenir un rythme et un accord progression en cours, puis poser une mélodie et un refrain. À partir de là, c’est comme des tétras, des mathématiques et des mots croisés pour créer des phrases originales, réelles et qui coulent et créent des sensations délicieuses quand elles roulent sur la langue. J’essaye d’y parvenir en 4 heures.

C’est difficile de jouer en live pour les artistes en ce moment, comment tu gères?
Je pense que c’est bon pour moi ATM. Pendant COVID, j’ai produit une série télévisée appelée Loud and Queer TV qui a été diffusée sur Sydney Mardi Gras et était en collaboration avec Heaps Gay. C’était une série basée sur la musique live et la performance queer que j’ai conceptualisée, produite et jouée pendant 3 saisons. C’était un excellent moyen de créer une communauté et de rester connecté avec les performances pendant que les salles étaient en panne. Ici à Brisbane, en Australie, les salles sont de nouveau ouvertes et les spectacles sont de retour, donc je suis ravi de ramener mon nouveau spectacle sur scène.

Nous sommes basés à Paris, qu’est-ce qui t’inspires quand tu penses à cette ville?
Je me sens inspiré par l’inconnu. J’ai parcouru l’Australie sans relâche pendant cinq ans, alors l’idée de me produire à Paris excite ma curiosité pour l’inconnu et ce que j’apprends et découvre dans un nouveau territoire. Je suis allé à Paris une fois, mais ce n’était pas pour la musique. Je voyageais sur Eurorail et j’ai rencontré des gars du Chili et nous nous sommes saoulés et nous avons été expulsés de l’auberge, c’était un gâchis.

Est-ce que tu cuisines? Quel est ton plat préféré?
Je cuisine, mon plat préféré est un plat de pâtes végétalien à base de haricots edamame avec du bacon végétal, des champignons et des pois. Cependant, je ne cuisine pas souvent, je voyage beaucoup, donc quand je rentre à la maison, je suis généralement trop naufragé et je manque de temps pour être honnête.

Tes projets pour 2021?
J’ai terminé 18 nouveaux morceaux inédits, donc le plan est d’en sortir autant que possible. C’est un processus lent et je grince des dents en pensant à la vitesse à laquelle je crée et à la vitesse de sortie, mais la musique est un marché et beaucoup de planification, de création de contenu et de stratégie pour soutenir la sortie prennent du temps. J’écrirai toujours donc je continuerai à cela. Je me dirige également vers Sydney Gay et Lesbian midi Gras cette semaine pour faire des concerts en direct et j’espère arriver en Europe d’ici la fin de l’année.

Les liens pour la suivre et l’écouter sur les réseaux:
Instagram: @hi_im_beks
Facebook: hi.im.beks
Spotify: https://open.spotify.com/artist/3yPTH9Cm5CqJUBvZ2PIOVW?si=U3VNymLKTKCSlZCATKWQdg&nd=1

Posted by:blendereditor

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.