Hello! Peux-tu te présenter?
Je m’appelle Eleri (rime avec céleri) et je suis originaire de Chicago. Je chante depuis que je suis bébé et j’ai écrit ma première chanson au piano à l’âge de 5 ans, toujours avec des mélodies dans ma tête. Je suis allé à la Chicago Academy for the Arts pour le lycée, puis j’ai étudié l’écriture de chansons au Berklee College of Music pendant un an, avant d’être transféré et d’obtenir un BFA au Boston Conservatory. Je vis maintenant à New York où j’écris et enregistre.

Qu’est-ce qui t’as fait commencer la musique ?
J’écris généralement uniquement à partir de l’émotion du moment ; c’est de là que vient le cœur de ma musique et puis je continue à partir de là, peaufinant et éditant ma narration après avoir tout sorti. Parfois c’est juste une mélodie qui sort, parfois une mélodie avec des paroles, et parfois c’est la chanson entière – je ne sais jamais ce que je vais obtenir ! Personnellement, j’aime le plus écrire à partir d’un conflit. Pour moi, lorsque les choses sont en contradiction les unes avec les autres, il y a tellement plus à explorer que lorsque les choses sont dans une stase. Quelle que soit la relation d’où émerge le conflit, j’aime le prendre et courir avec.

Quelle est ta principale inspiration ?
J’en ai quelques gros, mais récemment ma plus grande inspiration est venue de l’album de Caroline Polachek, Pang. Je l’ai écouté pour la première fois au printemps de l’année dernière, et je n’avais jamais rien entendu de tel. Entre sa voix unique et montante aux rythmes qu’elle utilise pour les mélodies sautantes d’intervalle, j’ai eu tellement d’idées qui me sont venues. Je pense que les artistes peuvent apprendre tellement simplement en écoutant le travail d’autres artistes, et j’ai pris tellement de leçons en écoutant cet album. Cela m’a finalement amené à écrire mon EP et à l’utiliser comme référence en ce qui concerne certains sons et sensations que je voulais intégrer dans mon propre projet.

Quelle est l’histoire de « FRICTION » ?
Cet EP parle de différentes formes de conflit : avec soi-même, avec un amant, avec un ami. J’ai écrit trois des cinq chansons (Go Too Far, I Don’t Wanna Talk About It et Hologram) au début de la pandémie à Boston et les deux autres (More and Mess) que j’avais écrites il y a quelques années et j’ai décidé revisiter, réviser et réorganiser. D’une manière ou d’une autre, ils se sont tous déversés de moi d’une manière où ils vivaient tous dans le même monde ensemble, et je savais que je devais faire cet EP.



Comment sélectionnes-tu les producteurs avec lesquels tu travailles?
Allen Tate a produit mon premier EP, Prism, qui est sorti l’année dernière en 2020. Nous nous sommes connectés par l’intermédiaire d’un ami commun, Ellis Ludwig-Leone de San Fermin, avec qui j’avais déjà travaillé. Il est rare de non seulement parler la même langue que quelqu’un d’autre en général, mais surtout de manière créative. Allen sait exactement ce que je pense, comment je travaille et comment communiquer des idées avec moi, et à cause de cela, c’était une évidence de travailler avec lui sur ce projet.

Qu’as-tu fait pendant cette première année de Covid ?
J’ai écrit et enregistré Friction et j’ai tourné le clip de ma chanson, Mess. J’ai aussi un autre projet musical appelé SUF/SOND où je fais des reprises folk de chansons de Sondheim et j’enregistre un album de 13 titres qui sortira également cette année. J’ai également eu la chance d’enregistrer sur l’album d’un ami compositeur à Nashville, ce qui était une explosion absolue. Mais, surtout, j’ai pu passer le plus de temps que j’ai jamais passé dans ma vie d’adulte avec ma famille, et cela signifie plus pour moi que n’importe quel projet créatif sur lequel j’ai travaillé cette année.

Nous sommes Parisiens, as-tu déjà été dans notre ville ?
J’ai! À deux reprises! Paris a une place si spéciale dans mon cœur que je n’ai jamais été dans une autre ville qui me fait me sentir aussi à l’aise que lorsque j’y étais. Bien sûr, la ville elle-même est magnifique, mais votre culture et ses habitants le sont aussi. Mon expérience préférée pendant que j’étais là-bas a été de voir les Quatre Saisons de Vivaldi à la Sainte-Chapelle. Ce fut l’un des plus beaux concerts auxquels j’aie jamais assisté, tant au niveau sonore qu’esthétique, et il restera gravé dans ma mémoire pour toujours. Je rêve constamment de pouvoir y retourner un jour !

Qu’est ce que tu as prévu pour 2021 ?
Plein de choses! Mess est sorti le 23 avril avec le clip le 30 avril, Friction le 18 juin, et je ferai également un autre clip pour l’EP. De plus, comme mentionné précédemment sous mon autre surnom, SUF/SOND, j’ai sorti un single le 22 mars avec un album complet à venir. Je continue d’écrire et j’espère faire mon premier album complet dans un an ou deux. J’ai également hâte de donner des spectacles à New York après la pandémie. Il y a toujours plus à conquérir !

Instagram: https://www.instagram.com/eleriward
Website: www.eleriward.com
Tiktok: https://www.tiktok.com/@eleriward?
Facebook: https://www.facebook.com/EleriWardMusic

Posted by:blendereditor

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.