Aujourd’hui,c’est une Djette du nom de DJ GOMAR, rencontrée lors de notre soirée “Urban Kawaii” que nous avons décidé d’interviewer. 

Instagram:
@dj_gomar

Site web:
dj gomar official

Petite présentation? D’ou viens tu?
Née et élevée à Paris, je baigne dans les voyages et l’amour de la culture asiatique depuis déjà toute petite, de par ma mère et aussi ma grand mère.

Quel est ta formation initiale?
Actuellement en licence de japonais à l’INALCO, Paris, j’ai pris le temps de voyager avant de réellement trouver mon projet d’avenir.

Tu te souviens de ton premier contact avec la culture asiatique?
Outre la culture « cour de récrée » alimentée par Pokemon et Mario, je me rappelle avoir été tout particulièrement touchée par le film « Tonari no Totoro » (Mon voisin Totoro) de Hayao Miyazaki, puis par « Sen to Chihiro no Kamikakushi » (Le voyage de Chihiro) . Comme pour beaucoup de personnes, je pense que l’univers du studio Ghibli à permit une sorte de rupture dans mon monde fantasque enfantin, et l’appréciation d’une nouvelle esthétique venue d’ailleurs.

Ton pays de predilection?
Je pense que personne de l’aurait deviné… Mais probablement le Japon.

Quand as tu commencé à écouter de la musique de la Kpop / Jpop /?
Bon jusque là tout allait bien, mais l’heure semble être aux révélations. Je pense qu’on est pas mal dans ma générations à avoir eu une adolescence baignée dans les mangas, les jeux vidéos et tout le reste de la pop culture japonaise, mais pour être honnête j’étais beaucoup plus férue de metal et de visual kei que de pop à l’époque. (J’adore ça encore aujourd’hui mais je ne sais pas si je devrais le dire aha). Du coup, de fil en aiguille, je suis passée par les openings, le Jrock etc… pour finalement terminer sur la pop, il y a quelques années. C’est après un séjour de plusieurs mois au Japon que mon état s’est dégradé et que j’ai vraiment commencé à perdre 10 ans d’âge mental à chaque sortie d’un nouveau titre. Mais rassurez-vous, je cache bien mon jeu 😉


Et du Hiphop venu d’Asie?
C’est arrivé à peu près en même temps que mon interêt pour la pop, lors de mon premier séjour au Japon. Je n’ai jamais vraiment apprécié le rap français, du fait de la violence et de la misogynie des discours tenus la plupart du temps. En revanche, le fait d’apprendre à parler japonais, et donc de comprendre les paroles de certains morceaux m’a permit de laisser une nouvelle chance au hip hop et au rap (japonais dans un premier temps, puis asiatique en général dans un second). On se rend finalement compte que là bas, c’est presque la forme qui compte plus que le fond, et qu’il n’est pas nécéssaire d’être un thug avec un casier judiciaire noircit d’encre, ou d’avoir grandit dans une cité pour percer dans le rap game. C’est d’abord ça qui m’a touché.

Quel a été ta première expérience de DJ ?
J’avais 16 ans et comme pour la plupart des DJ j’ai joué pour la première fois dans un bar (à Paris). Je me rappelle qu’il faisait vraiment très chaud et que tous mes amis étaient venus me voir, alors qu’à l’époque j’étais plutôt branchée Dubstep et que la plupart d’entre eux détestaient ça. Mon coeur était encore plus chaud que la salle.

Ou as tu déjà joué?
Pigallion et Batofar plusieurs fois, puis des lieux éphémères tels que la péniche Henjo etc. En vérité j’ai refusé beaucoup d’opportunités à contrecoeur, mais je ne me pensait pas encore être prête pour ça. Et puis ces derniers temps j’ai pas mal vécu à l’étranger du coup forcément, ça ne facilite pas les choses. Le fait de bouger partout et entretenir un bon réseau ne vont pas de paire. Mais je prévois de nouvelles annonces assez prochainement, alors stay tuned !

Sur quoi travailles tu? CDJ, Contrôleur, platines vinyles?
CDJ uniquement, mais j’aimerais essayer de passer sur vinyle dès que l’occasion se présentera.

Est ce que tu arrives a vivre totalement de ton travail de DJ?
Non, mais ce n’est pas dans mes projets non plus. J’ai finalement envie que ça reste un plaisir plus que l’investissement d’une vie.

Quel sont les projets sur 2018/2019?
MES ETUDES. J’ai fini par finalement trouver ma voie et je ferais passer ça avant toute chose. Pour le reste, je me laisse porter au gré du vent. Mais du coup, comptez sur moi pour occuper dignement le peu de temps que j’ai à ma disposition lors de périodes creuses.
Ton top 5 pour une soirée?
Si hip hop:
Jp The Wavy – Young Rich
Bang Yongguk – Yamazaki
Miyachi – Wakarimasen
Kzm – Dream Chaser ft. BIM
Higher Brothers & Ski Mask the Slump God – Flo Rida

si techno:
Disk Space – Runtime Error
Dentis – 90s Bohemian Rave
I Hate Models – Totsuka No Tsurugi
Dax J – Wir Leben Für Die Nacht
Da Hool – Meet Her The Love Parade

Au niveau vestimentaire, comment tu définirais tu ton style?
Très noir, ou très blanc, ça dépend des jours. Mais surtout très noir!

Ta paire de sneakers / shoes préférées?
Les bottes tabi emblématiques de Maison Margiela.

Ta marque de vêtement préférée?
Yohji Yamamoto, sans hésitation.

Ton magazine préféré?
Vice / i-D, je suis toujours sûre d’y trouver des articles moins monotones.

Qu’est ce que tu écoutes en ce moment?
En ce moment et comme toujours: Radwimps. J’ai réellement une sorte d’obsession avec ce groupe au talent incroyable, leur musique est très complète et variée, il y a toujours un morceau qui matchera avec ton humeur. J’admire énormément Noda Yojiro, malgré son jeune âge je trouve que c’est un artiste accompli, qui nous réserve malgré tout encore beaucoup de surprises.

Ton petit mot de la fin?
Serait-ce déjà l’aube
Longue encore est la nuit
Mais si claire la lune. (Natsume Soseki)

Posted by:blendereditor

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.