Vendredi 21 septembre 2018 – Vendredi soir était une nuit de styles audacieux, expérimentaux et sophistiqués sur la piste de la Vancouver Fashion Week.

All photos by Arun Nevader for Getty Images

NOT DEAD YET a commencé les shows avec une touche esthétique grunge, la signature du designer Adam Lin-Bungag. Le lauréat du prix Nancy Mak Award de 2018 présentait des manches surdimensionnées, des bords bruts, des bottes de combat, des chaînes suspendues et des clous. Le plaid rouge et jaune contrastait avec le PVC noir uni et transparent. Des lettres dessinées épelaient SHAME du côté des baskets, et des mots imprimés sur des tees graphiques faisaient allusion au thème «Eulogy» – comprendre que pour avancer, nous devons reconnaître, comprendre et apprendre de notre passé.

Anelia Basson de Anelia Art, de B.C., a lancé sa collection «Explore the Journey» pour SS19. Chaque pièce était une œuvre d’art portable avec des influences tribales uniques complétées par une coiffure simple en topknot avec des plumes et des accessoires en perles. La palette de couleurs de Basson était brillante et ludique avec des impressions détaillées sur des tissus sans danger pour les UV et respectueux de l’environnement. Chaque vêtement était associé au mouvement du modèle qui a été mis en valeur par une danse interprétative qui a ravi les amateurs de mode de VFW. Des robes polyvalentes aux maillots de bain amusants, les pièces de Basson ne manqueront pas de susciter la confiance et de capturer l’individualité du porteur.

La collection ‘UCHRONISM’ de Maxime Edward en Belgique a combiné des éléments de métal dans une présentation à la fois sportive, théâtrale et avant-gardiste. Avec l’utilisation du noir, de l’argent, du bronze et des éclairs de sarcelle, Edward trouve la force et la coexistence dans les coupes structurées de ses pièces et son esthétique austère. Inspiré par la vision de l’évolution harmonique de l’espèce humaine, Edward pousse l’enveloppe avec ses vêtements de manière évocatrice. sur la sobriété et la fantaisie, chaque pièce étant animée par une vision enhardie de l’humanité.

Apparel Magazine, l’une des premières publications néo-zélandaises sur la mode, a présenté un trio passionnant de designers pour l’ES19. Tout d’abord, Shannon Thompson d’Out of Comfort de Christchurch a présenté une collection aux silhouettes décontractées et à l’immense profondeur utilisant des tons de terre et des accessoires fonctionnels comme des bottes de randonnée et des bonnets. Ensuite, Doris Lu d’Auckland a montré une force et une confiance féminines dans sa collection avec des éléments d’inspiration japonaise, des chemises blanches réinventées et des vestes Samurai-esq. Enfin, Kate Fisher d’Auckland a présenté des pièces électrisantes non-sexistes dans sa présentation. Avec un mélange de blouses en mousseline noire, blanche et rouge, et d’éléments métalliques disséminés, Fisher a démontré la polyvalence de sa collection de capsules. Ces trois designers néo-zélandais ont montré leur force collective à la Vancouver Fashion Week.

Le designer Javier Giron, de la marque espagnole JNORIG, a présenté un nouveau type de «minimalisme complexe» qui rafraîchit l’idée de fusionner deux cultures opposées; la simplicité du mode de vie amish avec la complexité des tribus indiennes. Les imprimés graphiques, conçus en collaboration avec le graphiste Barthelemy Vielle, ont mis en évidence une palette de couleurs très contrastées, le noir, le blanc et le rouge. Les vestes structurées, les chandails à capuchon et les mailles surdimensionnées à longues manches suspendues exprimaient une sensation de déconstruction moderne. Un look distingué pour les femmes: une chemise à col rouge portée avec un short noir et de longues chaussettes noires, surmontée d’un feutre noir.

Classe, élégance et intemporalité sont trois mots pour exprimer la collection raffinée présentée par la marque australienne Lena Kasparian. «After 5» proposait des tenues de soirée et des cocktails pour hommes et femmes dans un style tellement glamour. Des robes en soie rose vif et des robes à paillettes avec des détails de couture et des tissus luxueux donnent un ton opulent à la mode féminine. Pour les hommes, les costumes gris chics et bleu marine, joliment adaptés, étaient portés avec des chemises blanches nettes. Une collection sophistiquée.

Posted by:blendereditor

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.