Instagram:  @mephis21
Facebook: facebook.com/mephis21
Site web:  www.m21.fr

Qui es tu?
Je suis artiste et entrepreneur. J’ai commencé par de l’auto-production lorsque j’étais au lycée, en 2002. Une fois que j’ai eu mon bac, j’ai intégré une école de commerce pour apprendre à gérer des projets. J’ai obtenu un Master en entrepreneuriat et innovation en 2008, puis j’ai créé « Music Expo », un salon-festival qui présentait la musique sous toutes les formes, à Paris Expo – Porte de Versailles. Puis, pendant dix ans, j’ai travaillé pour des marques, des agences ou des artistes dans la création ou la réalisation de supports de communication : vidéos, affiches, sites internet…

Qu’est ce qui t’as amené à créer Mephis 21?
J’ai créé mon personnage en 1999, lorsque je commençais à rapper. Son histoire est une interprétation et un développement de la mythologie biblique : Mephis 21 est une sorte de réincarnation du « Satan » nommé Mephistopheles. 
Depuis toujours, j’ai imaginé des scénarios, des musiques, des bande-dessinées, des jeux… dans lesquels mon personnage évoluait. En 2014, j’ai décidé de donner vie à ce personnage en réalisant un projet qui réunissait tous les arts qui me passionnent.
A travers Mephis 21, je partage aussi ma vision de l’humanité : son histoire, son évolution, sa place dans l’univers… depuis des milliards d’années. 

C’est un projet multi support, comment as tu fais développer chacun d’entre eux? 
Au départ, j’ai commencé par créer les vidéoclips. En montant des partenariats, j’ai pu avoir du matériel, des décors, des spécialistes, des figurants. J’ai monté une équipe et nous avons tourné les images. Ensuite nous avons composé les chansons en faisant appel à des musiciens. J’ai ensuite travaillé sur la série audio, et il nous a fallu enregistrer des acteurs, composer les musiques, créer le sound-design… Et mixer tout ça.
En parallèle, je dirigeais une dizaine d’illustrateurs de pays différents, pour raconter l’univers de Mephis 21 à travers une centaine de peintures digitales. Avec d’autres personnes, nous avons travaillé sur les jeux. J’ai aussi fait quelques dessins.
Une fois que tout fut mis en place, nous avons créé un site web interactif pour réunir les différents contenus. L’idée était de proposer un support original, et présenter les œuvres à bord d’un vaisseau-spatial, celui de Mephis 21. 

Combien de temps au final pour finaliser l’ensemble? 
Au final, le projet aura mobilisé plus de 180 contributeurs, dans une douzaine de pays, pendant 6 ans.

Les films ont été sélectionnés dans de nombreux festivals de Courts métrages, quel impact sur le projet??
Le projet est récent et la plupart des compétitions en cours, mais nous avons déjà remporté 17 trophées dans 12 pays. Cela nous permet surtout d’obtenir une certaine reconnaissance pour le travail accomplis et certifier de la qualité du projet pour le milieu professionnel.

Qu’est ce qui est le plus difficile en tant qu’indépendant?
En tant qu’indépendant, le plus difficile a été de gérer le projet avec un budget réduit au strict minimum. J’ai dû composer avec la bonne volonté des différents participants et m’adapter aux imprévus, apprendre à utiliser des logiciels et trouver de nouveaux partenaires pour finaliser les œuvres. 

Peux tu nous raconter une anecdote de tournage? 
Une séquence mettait en scène des échanges de tirs pendant une transaction mafieuse. Nous avions des armes à blanc pour les acteurs et des répliques pour les figurants.
Pendant l’action, un personnage remplace son chargeur et recommence à tirer. Mais le figurant s’est trompé de chargeur : il a mis un chargeur plein de billes. Lorsqu’il s’est mis à tirer, un acteur a été criblé de billes et touché au visage. Il aurait pu être sérieusement blessé.

Qu’est ce que tu écoutes en ce moment? 
En ce moment, j’écoute pas mal de sons électro, et notamment Synapson. J’adore leur univers et la vibe qu’ils dégagent sur quasiment l’ensemble de leurs oeuvres. 

Quel est ton actualité? 
J’aimerai monter une expo pour présenter mon projet au-delà d’un écran d’ordinateur ou d’un smartphone. En parallèle, je continue de créer du contenu pour le site Internet et je vais travailler sur d’autres projets, dans la musique, le cinéma, ou la communication visuelle. 

Ton petit mot de la fin? 
J’espère que vous prendrez plaisir à découvrir les œuvres, assembler les différentes histoires, et que cela vous sera peut-être inspirant. Au-delà des formats, c’est un mélange de styles, d’influences, de médias, d’idées. La suite sera annoncée via la page Facebook et le compte Instagram.

Posted by:blendereditor

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.