Quand as-tu commencé à écrire et à chanter de la musique?
J’ai toujours aimé chanter. J’ai des vidéos personnelles que mes parents ont filmées à partir desquelles je pouvais à peine parler, mais je chantais. Dans la voiture, sur le chemin de l’école maternelle, en mangeant. Je chantais toujours. Je me souviens que je pouvais m’enfermer dans la salle de bain et chanter pendant des heures en me lavant les mains lol. Quand j’avais 4 ans, j’ai supplié mes parents de commencer des cours de violon après avoir vu jouer mon grand frère, même si mes doigts étaient trop petits. J’ai écrit ma première chanson à l’âge de 14 ans et je me suis impliquée dans le théâtre et les comédies musicales locales. Ayant grandi dans une maison multiculturelle, j’ai été exposé à un large spectre musical, du classique à l’arabe en passant par le hip hop. Jusqu’à ce jour, j’écoute toutes sortes de musiques pour m’inspirer.

Peux-tu décrire ta musique en trois mots?
C’est une question difficile. Mais je dirais vibey, sensuel, urbain.

Quelle est l’histoire derrière «NO MAN»?
NO MAN a été produit par mon frère, le DJ / producteur marocain incroyablement talentueux, DJ Van. La chanson parle des humains qui ont besoin les uns des autres pour s’épanouir, et vient du dicton «No Man Is An Island» de l’auteur anglais du XVIIe siècle John Donne, qui est répété dans le refrain. En écrivant ceci, nous voulions exprimer que les humains ne sont pas censés être seuls. Ils ont besoin d’être aimés, soignés, touchés, à la fois physiquement et émotionnellement. C’est la nature humaine. Surtout en ces temps difficiles et incertains, je voulais que ce soit un disque heureux et aimant, capturant les vibrations de l’île. Van l’a cloué dans la production!

Tu es Norvégienne / Marocaine – comment es-tu arrivé à Los Angeles?
Dans mon adolescence, la musique urbaine n’était pas vraiment grande en Norvège. Après avoir essayé d’entrer dans la scène musicale d’Oslo, le vice-président de Sony Music m’a présenté à un manager / propriétaire de label de Londres. De fil en aiguille, j’ai commencé à beaucoup voyager à LND. J’ai rencontré des producteurs, des écrivains et des artistes, et je me suis lentement lancé dans l’écriture de chansons pour d’autres. Entre-temps, je suis allé au MIDEM à Cannes, et j’ai rencontré le plus merveilleux Jose “Junior” Goris du Team Pitbull, avec qui je travaille depuis une décennie maintenant. Il m’a présenté la superstar Pitbull et toute l’équipe.

Naturellement, cela m’a fait aller aux États-Unis et essayer cette scène. Je suis d’abord allé à New York. J’ai grandi en voyageant beaucoup à New York à cause de ma famille, donc je connaissais mon chemin et cela me semblait familier d’une certaine manière. J’y suis resté près d’un an, mais j’ai découvert que la scène musicale avait changé. Tout le monde déménageait à Los Angeles, alors j’ai décidé de faire de même. C’était dur au début, je ne vais pas mentir. J’étais seul, je ne connaissais vraiment personne. Mais je ne suis jamais parti et je suis content d’avoir réussi.

Quelle est l’équipe derrière ta musique?
Je suis un artiste indépendant, mais je viens de faire équipe avec Create Music Group il y a quelques mois. Mon frère aîné, Ben Ash, a toujours été mon conseiller numéro un. C’est lui qui me connaît le mieux et je ne prends jamais de grandes décisions sans le consulter au préalable. J’étais très timide et dans ma vie personnelle, je le suis encore un peu. Mais au fil des années, j’ai pensé que dans cette entreprise, j’avais besoin d’apprendre l’art du réseautage, et cela m’a valu plusieurs personnes extraordinaires dans ma vie. Comme mentionné, il y a Junior, qui est aujourd’hui mon sponsor, mon ami de longue date, Ola Sanusi, qui est devenu mon manager, et le génial DJ / producteur et mon pote, Peter Madana, avec qui j’ai travaillé auparavant, et par hasard s’est terminé être mon A&R chez Create Music Group.

Travailles-tu sur un long projet?
Je travaille sur un EP intitulé “Uncensored”, qui sort au printemps / été 2021.
«No Man» est le premier single de ce projet. Le deuxième single, “Sin”, sortira le 9 avril 2021. Depuis que je parle à un magazine français, je suis la voix de “Sexual Chemistry” de DJ R-Wan 🙂
Une nouvelle version de cette chanson sera disponible sur mon EP.

Quelle est la partie la plus difficile en tant qu’artiste cette année de Covid?
J’ai l’habitude de travailler avec des gens du monde entier. La partie la plus difficile pour moi est donc de ne pas pouvoir voyager et passer d’une session à l’autre. Je m’ennuie de travailler avec mes amis proches et mes partenaires d’écriture super talentueux, l’artiste belge, Ameerah Roelants et l’artiste suédoise, Jasmine Kara. Mais je manque aussi de travailler avec différentes personnes sur différents projets, d’être créatif ensemble, d’obtenir des contributions et de nouvelles impulsions. Le simple fait d’être dans une pièce créative avec des gens formidables, de partager des énergies et d’écouter de nouvelles idées surgit. Ce sentiment, quand une chanson se rassemble… Il n’ya rien de tel. Cela m’a définitivement fait apprécier les petites choses du quotidien.

Qu’est ce que tu as prévu pour 2021?
En 2021, je prévois de sortir plus de singles et, espérons-le, mon EP “Uncensored”. Je prie également que Covid se calme pour que nous puissions commencer à vivre plus normalement. Je veux voyager et faire de la musique géniale!

Pour suivre Farah sur les réseaux:
https://instagram.com/farahuniverse
https://www.facebook.com/Officialfarahuniverse/
https://twitter.com/farahuniverse

Posted by:blendereditor

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.