Hello! Peux-tu te présenter?
Je m’appelle Sahana Naresh. Je suis un chanteuse/compositrice indépendant voyageant entre Seattle et Chennai, poursuivant ma double passion de la musique indépendante et de la musique classique hindoustani.
J’ai sorti mon premier single “Milky Hands” et son clip la semaine dernière. La chanson est inspirée par la naissance de ma fille Tara – et est censée faire écho à la dualité de la parentalité nouvellement trouvée – le lien d’amour indéfectible et les moments d’inquiétude provoqués par l’anxiété que je ressentais en tant que nouvelle maman pour ma fille. en sécurité et aimé dans ce monde. J’ai utilisé mon ukulélé pour raconter cette histoire et j’espère guider mes auditeurs à travers un labyrinthe d’émotions et d’expériences sensorielles entre Tara et moi.

Tu es chanteuse et compositrice et tu joues du ukulélé, quelle formation as-tu eue ? As-tu fait une école de musique ?
Mon père Naresh est un joueur indien de Veena classique (carnatique), et mes oncles Ramesh et Suresh étaient à l’origine du groupe de rock indien pionnier des années 70 Human Bondage. Mon cousin Keshav, un artiste talentueux qui est mon producteur a également eu une énorme influence sur moi. Nées dans une famille de musiciens, ma sœur et moi avons grandi en regardant le monde à travers le prisme de la musique et nous n’étions pas étrangers à la musique impromptue – des sessions de chant avec guitare, ukulélé et percussions à la maison et assister à de nombreux concerts ! Ma sœur et moi sommes des danseuses de Bharatnatyam de formation classique. Et depuis 7 ans, j’étudie la musique classique hindoustani avec Vidushi Smt. Aditi Upadhya de l’Inde.

Tu voyages entre Seattle et Chennai (Inde), c’est pour la musique ?
J’ai un diplôme d’études supérieures en psychologie et en comportement organisationnel et j’ai déménagé à Seattle il y a dix ans. Pendant que j’étais là-bas et que j’occupais un emploi à temps plein, j’ai (re)découverte la musique hindoustani. Quand j’ai commencé à apprendre la musique hindoustani avec mon professeur Vidushi Smt. Aditi Upadhya, j’ai vraiment eu l’impression d’avoir trouvé ma vocation et j’ai décidé d’y consacrer tout mon temps. Je voyage entre Seattle (où se trouve mon mari) et l’Inde, passant des mois en Inde pour pouvoir passer du temps avec mon professeur. Et cela a été une expérience absolument merveilleuse – cela fait maintenant 7 ans que je me suis engagé dans la musique à plein temps, et je suis tellement content de l’avoir fait !


Quelle est l’histoire de ‘MILKY HANDS’ ?
Le jour où ma fille est née, je souffrais beaucoup mais son beau visage quand elle est entrée dans ce monde est toujours gravé dans ma tête. L’amour que j’ai pour elle ne fait que grandir chaque jour, même lorsque j’ai traversé les moments les plus difficiles de ma vie – douleur physique après l’accouchement, dépression post-partum et privation de sommeil. Une semaine ou deux après mon accouchement, j’étais tellement submergée par l’amour qu’un après-midi, la chanson m’est venue en un éclair. Heureusement, j’avais un bloc-notes et un stylo à côté de mon chevet et j’ai réussi à noter les paroles et à enregistrer l’idée au téléphone !

Faire face à la maternité était tout un défi, et je l’ai pris de front. Et juste au moment où je trouvais mon rythme et que je développais un peu d’ordre dans tout le chaos, cette petite chose appelée The Pandemic s’est produite ! Entre diriger un studio de fortune dans mon appartement, enregistrer des chansons pendant que des avions survolaient notre immeuble (ne jamais louer sur la voie d’accès à un aéroport si vous êtes musicien), coordonner sur différents fuseaux horaires avec mon cousin (également mon producteur) en Allemagne, et divertir ma fille, tout cela a fait partie du voyage passionnant (et merveilleusement épuisant) de la création de ce single et de cet EP. Parfois, ceux-ci se sont réunis sous la forme d’un heureux accident, comme lorsqu’un jour ma fille a fait irruption dans la pièce en babillant fort pendant que j’étais en train d’enregistrer mon album. Et cette explosion vocale est devenue le début et la fin de Milky Hands, alias la première performance de ma fille !

3 mots pour décrire ta musique ?
Émotionnel, significatif mais toujours Beachy 😊

Produis-tu toutes vos chansons ou travaillez-vous avec des producteurs ?
Mon producteur est mon cousin Keshav Purshotham (Keshavara) de Cologne – il est mon armée à lui tout seul !

Quand tu fais de la musique, quel DAW utilises-tu ?
Le choix de Keshav – Ableton Live pour la production et Logic pour le mixage

Quels sont tes 3 plugins préférés ?
Compresseur Vulf par Goodhertz, Echoboy par Soundtoys, Verbe Vintage par Valhalla.

Comment le covid 19 a-t-il affecté ta situation en tant qu’artiste ?
COVID 19 a été bon et moins bon à plusieurs égards.
Je passe toute la journée avec ma fille car aucune école n’est ouverte – lire des livres, me promener, jouer, peindre et toutes sortes d’activités. Donc, je suis très inspiré en tant qu’artiste, et j’utilise ces moments pour écrire des paroles et des mélodies.
Avec tout le monde travaillant sur Internet, enregistrer des démos, enregistrer des couvertures (audio et vidéo – plusieurs, plusieurs prises), travailler pour mixer, masteriser et produire mon album et le contenu que vous voyez sur YouTube et Instagram, et travailler sur mon marketing ne nécessite pas moi d’être physiquement présent – ​​ce qui est bien.
Jouer devant mon public en personne est quelque chose que j’aime faire et qui s’est complètement arrêté. En tant que musicien indépendant, c’est votre meilleur moyen d’atteindre les fans et je me sens un peu déconnecté à cause de cela. Je suis sûr que tous les autres musiciens ressentent la même chose.
À la fin, je suis content que ma famille et mes amis soient en sécurité, et j’espère que nous pourrons recommencer très bientôt.

Quelle est la partie la plus difficile pour un artiste indépendant en fait ?
Sans représentations en direct, il est extrêmement difficile pour les artistes indépendants de subvenir à leurs besoins financiers. Avec de nombreuses autres sources de revenus qui s’assèchent également, les finances personnelles et l’épargne sont un gros problème.
L’autre avec qui j’ai eu du mal est d’obtenir de la visibilité. J’ai la chance d’être couvert par de merveilleux magazines comme le vôtre. Il y a beaucoup de contenu incroyable qui est créé et le faire parvenir aux personnes qui s’y connecteront afin que vous puissiez créer une base de fans fidèles est un grand défi.

L’endroit où vous rêvez de chanter ?
Sous la Tour Eiffel, Paris ! 😊
Madison Square Garden, New York
Stade de Wembley, Londres

Quels sont vos projets pour 2021 ?
J’ai mon deuxième single “The Only Constant is Change” qui sort le 2 juillet et mon EP “Shore out of Reach” sort fin juillet. Je vais également donner quelques concerts de musique classique indienne en ligne au cours des prochains mois et j’ai quelques collaborations de musique fusion en préparation !

Pour la suivre sur les réseaux:
Instagram: https://www.instagram.com/sahanasinging Facebook: https://www.facebook.com/sahanasinging
Milky Hands Spotify: https://open.spotify.com/track/7v8e7Bg5o7kmwKpLsMm6MB?si=13d42d15d36b444b


Posted by:blendereditor

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.