A l’occasion de la  sortie de son nouveau single avec “Remember me”en collaboration avec M@Men et produit par D JAY KOI, nous avons rencontré la chanteuse Numidia qui nous a raconté son parcours.

Instagram:
@Iamnumidia 

Site web: ICI

///////

Petite présentation? D’ou viens tu?
Je suis née et j’ai grandi à Oran, au nord-ouest de l’Algérie. Je suis arrivée en France à l’âge de 18 ans pour mes études de droit.
Pour apprendre le français, mes parents m’avaient acheté pour mes quatre ans, plein de vinyles, notamment des 33 tours intitulés “les chansons dorés de notre enfance”.
Je me suis immédiatement passionnée pour la musique, en particulier le chant et ma grand-mère a suggéré à ma mère de m’inscrire dans une école de musique.
A l’école, je me souviens de ces cours d’histoire sur le Royaume de Numidie. Ça se prononce “Noumidia” en arabe et il représentait globalement tout le nord de l’Algérie. Mon nom d’artiste porte cet héritage  historique.

Quand as tu commencé la musique?
J’ai toujours chanté et j’ai fait mon 1er concert à l’âge de huit ans avec mon école de musique andalouse.
A l’âge de 17 ans, mon frère m’a demandé de devenir la voix féminine de son groupe de rap. Au début, je faisais les refrains mais très vite j’ai ressenti le besoin de m’exprimer de façon plus personnelle et je suis devenue MC. On a participé à des festivals et sorti notre 1er EP l’année suivante.
Quelques mois plus tard, je suis arrivée à Nice pour mes études. A 20 ans, j’ai intégré un groupe de rap local en tant que chanteuse/auteure/interprète. Je n’avais rien signé et une fois l’EP enregistré, je l’ai trouvé en vente à la FNAC sans mon nom dessus (ma voix et mes textes y étaient par contre).
Déçue, j’ai décidé d’arrêter complètement la musique. J’ai repris mes études et obtenu mon Master 2 en droit des affaires et fiscalité (droit des contrats, propriété intellectuelle, droits d’auteur). J’ai exercé six ans en tant que juriste à Paris avant de partir m’installer à Bordeaux.
J’ai crée ma boîte de Conseil en image et lors d’un déplacement professionnel à Paris pour un shooting photos, je suis allée au concert d’une amie chanteuse de jazz.  Elle m’a tendu le micro pour faire une improvisation et à partir de là, mes amis présents m’ont encouragé à reprendre le chant.
Pour le plaisir et sans grande conviction,  j’ai posté une annonce avec une vidéo et là  plusieurs groupes m’ont contacté. J’ai intégré très vite différents projets et du arrêter le conseil en image pour devenir chanteuse professionnelle à plein temps.
Un an plus tard, j’ai commencé le clubbing en rejoignant la Folie Douce Alpe d’Huez et St-Gervais Megève.

As tu suivi une formation particulière?
A l’âge de 6 ans, j’ai intégré le Conservatoire d’Oran et trois ans plus tard, j’ai suivi en parallèle des cours de musique andalouse (guitare et chant).
J’ai du arrêter en 1993, quand la guerre civile a éclaté dans mon pays.
J’ai par la suite pris des cours particuliers de chant tout en travaillant quotidiennement ma voix à la maison.

Sur quel type de projets on peut te trouver?
La musique, la mode et l’art en général font partie intégrante de ma vie.
Je travaille beaucoup dans le clubbing et fais  des concerts Jazz/Nu Soul. Vous pouvez retrouver ces projets sur mon Soundcloud.
Je fais aussi de la Direction artistique et que du management d’artistes. Le droit sert un peu au final.
Côté mode, je travaille beaucoup comme modèle pour des photographes et mannequin pour des marques (Bazara’pagne).

Y a un artiste qui t’as inspiré/influencé particulièrement ?
En 1993, je me suis pris une claque avec Robin S et ce fabuleux “Show me love”. Dans un pays meurtri par la guerre, je regardais Dance Machine le soir comme une adolescente normale en rêvant de devenir un jour chanteuse de House.
Il y a eu ensuite Amel Larrieux avec son interprétation de “Tell Me” de Groove Theory. Ça a été la chanson que j’ai interprété à ma 1ère scène ouverte.
Mais je me cherchais encore et c’est en écoutant The Roots “You got me” et ce refrain d’Erykah Badu, que la Nu Soul est apparue pour moi comme une évidence.
La consécration a été avec “A Long Walk” de Jill Scott.

Le plus difficile dans la vie d’artiste?
Le doute, trouver sa place, sa tribu.
Toujours rester humble, savoir d’où l’on vient pour ne pas perdre pied et surtout ne pas oublier ceux qui ont été là à nos débuts. Le coeur sait.

Quel est ton prochain projet?
Je suis actuellement en studio pour projets House et Deep House avec des DJs parisiens et bordelais.

Quel est le dernier morceau que tu as écouté ?
Blaze “Lovelee Dae”

Tes chaussures préférées ?
Les boots “Perfecto” avec le skull By Alexander McQueen. Je les aimais tellement, que c’était mon fond d’écran au boulot. Quelques mois plus tard, ce génie s’en est allé.

Ton actualité ?
Je viens de sortir mon nouveau single Tech House “Remember Me” en collaboration avec M@Men et produit par
D Jay Koi. 

Ta devise ?
“Live, Love & Shine”

Posted by:blendereditor

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.