Peux tu te présenter?
Je m’appelle Marvin Muoneké. J’ai 25 ans et je suis un chanteur de jazz bass-baryton, auteur-compositeur, arrangeur, chef d’orchestre, producteur et auteur pour enfants. Je suis né et j’ai grandi dans l’est de Londres, mais je réside maintenant sur la côte du Somerset dans le sud-ouest de l’Angleterre.

Qu’est-ce qui t’as fait commencer la musique?
La musique est profondément enracinée dans ma famille depuis des générations. Mon grand-père paternel Maurice était autrefois choriste, et mon grand-père maternel James était un chanteur professionnel qui a joué dans des salles à travers le Sud-Ouest et dans plusieurs concours de variétés où il a souvent remporté la 1ère place. Ma mère était aussi choriste dans sa jeunesse et mon père avait une grande passion pour la musique. Voulant toujours être musicien lui-même, il jouait souvent Bob Marley, Fela Kuti ou Marvin Gaye à la maison quand je grandissais.
En grandissant enfant, j’ai été fasciné par les dessins animés classiques de Tex Avery, «Looney Tunes» et «Tom and Jerry», non seulement parce qu’ils étaient hilarants et magnifiquement animés, mais aussi à cause du jazz du big band intelligemment écrit et interprété. orchestrations par Carl Stalling, Milt Franklyn et Scott Bradley. Leurs mélanges uniques de jazz, de musique classique populaire et légère qui accompagnaient ces dessins animés n’étaient rien de moins que du génie. J’ai toujours voulu orchestrer comme ça et j’ai souvent imité leurs compositions sur notre clavier familial sans succès.

Ce n’est qu’à l’adolescence que j’ai réalisé que l’ingrédient clé du succès de ces partitions était JAZZ et j’ai rapidement commencé à découvrir le travail de Jelly Roll Morton, Benny Goodman, Cab Calloway et Fletcher Henderson. J’ai ensuite rejoint le groupe de jazz de mon école en tant que pianiste pendant un an, puis j’ai fait ma première performance solo en tant que chanteuse de jazz à l’âge de 16 ans. La chanson était l’interprétation de Frank Sinatra de «Fly Me to the Moon» et elle m’a vraiment présenté dans le monde du jazz vocal et j’ai vite découvert le travail de légendes telles que Harry Connick Jr., Sarah Vaughan, Mel Tormé, Ella Fitzgerald, Nina Simone et Gregory Porter.


Tu chantes, composes, écris, joues de la trompette, comment as-tu réussi à savoir faire tout cela?
J’ai grandi en chantant dans l’église, donc j’ai toujours eu la chance d’avoir acquis cette compétence. Ma voix s’est cassée et est devenue plus profonde quand j’avais 11 ans et au début, j’étais conscient qu’une voix de baryton ne serait pas aussi bien reçue que les voix masculines de ténor et d’alto. Mais en découvrant les goûts de Nat «King» Cole et Frank Sinatra et le succès qu’ils ont tous deux obtenu, j’ai alors su que je pouvais utiliser ma voix de baryton à mon avantage.
Bien que je sache lire et écrire de la musique à une certaine vitesse, je suis fier d’avoir une très bonne oreille musicale. Je suis capable d’appliquer ma formation d’oreille musicale à mon jeu de trompette. J’étais autodidacte grâce à plusieurs vidéos YouTube. Lorsque j’écris des chansons, les mots viennent en premier et la musique suit ou parfois, c’est l’inverse. Parfois, ils viennent à moi tous les deux en même temps et je dois être en bonne position pour les retenir ou ils peuvent disparaître à jamais.

Quelle est l’histoire derrière «It Won’t Be Long»?
La chanson est un résumé de ce que moi et de nombreuses personnes ressentons à propos du confinement du coronavirus. «It Won’t Be Long» est une chanson qui offre espoir et optimisme pendant ce qui a été la période la plus sombre de notre histoire moderne. La chanson parle des effets du confinement du coronavirus et de l’espoir pour le jour où les restrictions seront assouplies pour de bon et nous pourrons revenir aux choses que nous aimons et manquons et aux choses que nous tenions tous pour acquises de temps en temps. En tant que personne vivant seule, les confinements ont parfois été extrêmement difficiles, ne pouvant pas socialiser, rencontrer des êtres chers et les inviter.
La chanson m’a pris deux semaines à écrire et deux semaines à produire. J’aurais seulement aimé avoir conçu cette idée un peu plus tôt dans la pandémie.



As-tu une équipe de musiciens ou es-tu complètement indépendant?
Mis à part les musiciens avec lesquels je travaille, je suis un artiste totalement indépendant. La route est plus difficile, mais je trouve que cela rapporte aussi beaucoup de récompenses.

Quel message voudrais-tu que les gens reçoivent de ta musique?
J’aimerais que les auditeurs ressentent un sentiment de fermeture et de chaleur lorsqu’ils écoutent ma musique. Je voudrais qu’ils sentent qu’une voix les rassure sur le fait que tout ira bien, même si ce n’est pas le cas. Une voix qui est là pour célébrer avec leurs triomphes et leurs succès aussi.

Tu travailles sur un long projet?
J’ai terminé deux projets, je suis heureux de le dire. Un album studio semi-live et un album de concert entièrement live. L’un de ces projets durait depuis 3 ans et demi. J’espère en publier au moins un à temps pour Pâques.

Cette première année de Covid a-t-elle été difficile pour toi?
En tant que personne vivant seule, les confinements ont parfois été extrêmement difficiles, ne pouvant pas socialiser, rencontrer des êtres chers et les inviter. De plus, en tant que musicien en activité, j’ai vu la majorité de mes revenus prévus disparaître en un instant et j’ai dû me battre, à certains égards, pour garder la tête hors de l’eau. Mais comme le dit le proverbe, «quand les choses se compliquent, les durs commencent» et c’est exactement ce que nous avons tous dû faire. J’ai ensuite conçu une émission hebdomadaire en ligne intitulée «Medley Time With Marvin» que je joue en direct sur ma page Facebook (facebook.com/marvinmuonekesinger) tous les vendredis et samedis soirs. J’ai fait 40 spectacles depuis le début de la pandémie et j’ai l’intention de continuer jusqu’à ce que les restrictions disparaissent, je l’espère pour la dernière fois.

Qu’as-tu prévu pour 2021?
J’avais initialement prévu que mon deuxième album soit un retour rétrospectif sur la première décennie de ma carrière, mais je l’ai mis en veilleuse et j’espère terminer ce projet l’année prochaine. En raison des restrictions actuelles en Angleterre, je suis extrêmement prudent pour planifier quoi que ce soit, mais j’espère partir à Cornwall cet été, si le destin le permet.

N’hésitez pas à suivre Marvin sur les réseaux:
https://www.marvinmuoneke.com
https://www.instagram.com/marvinmuonekeofficial
https://www.facebook.com/marvinmuonekesinger
https://twitter.com/MarvTheJazzman

Posted by:blendereditor

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.