Présentation:
Daniel Netz,
27 ans. Je vis et travaille à Tel Aviv, je me concentre sur l’écriture et la production de ma musique. J’ai toujours eu un lien profond avec l’art. dès mon plus jeune âge, j’ai expérimenté en m’exprimant par la danse, et j’ai été naturellement attirée par la façon dont la musique met l’accent sur le mouvement et l’émotion.
Je viens d’un milieu géorgien traditionnel et, en grandissant, j’ai été exposé à un large éventail de musiques de mes parents. En vieillissant, j’explorais de nouveaux genres musicaux et je suis tombé amoureux de différents styles – de la musique folk des années 60 et 70, en passant par le jazz et les paysages sonores alternatifs, jusqu’à la pop indie moderne. Ce mélange d’influences musicales anciennes et modernes a inspiré et formé mon propre processus créatif.

Mon premier EP, «It’s all in your mind» (produit par Yogev Glusman, alias «iogi»), sorti à l’été 2021 est un véritable portrait de mon parcours auto-réfléchissant. Il aspire à explorer l’équilibre délicat et fragile entre peur et liberté.

Quand as-tu commencé à écrire de la musique?
J’ai commencé à écrire à l’âge de 18 ans. J’ai rejoint les Forces de défense israéliennes en tant que musicien et j’ai eu l’opportunité de rencontrer des musiciens vraiment incroyables et talentueux de tout le pays. Ces rencontres m’ont inspiré et m’ont ouvert les yeux sur tout un monde de styles et d’influences musicaux. Ce fut un tournant significatif pour moi, qui m’a finalement donné la confiance et la motivation nécessaires pour trouver ma propre voix à travers l’écriture.

Tu joues d’un instrument?
J’ai la appris la guitare à 19 ans, et cela prend une part importante de mon processus d’écriture et de composition depuis.



Quelle est l’histoire derrière «To the Valley below»?
«To the Valley below», le premier single de mon prochain EP («It’s all in your mind»), a été écrit dans un moment d’incertitude. J’ai peint un meilleur endroit pour moi-même.
un monde utopique pur et sans fardeau. pas de tristesse, ni de peur, pas même de bonheur – une table rase.
J’ai réalisé que le seul vrai pouvoir humain est le pouvoir de choisir.

Il y a de la mélancolie dans ta chanson mais aussi beaucoup d’espoir, qu’est-ce qui t’inspire?
La chanson a été écrite à partir de mon auto-dialogue avec anxiété.
Comme je faisais face à beaucoup de stress et de doute de moi, j’ai commencé à explorer la véritable signification de la perception humaine. J’ai soudain réalisé à quel point les histoires que nous nous racontons peuvent être puissantes.
Il m’est apparu que nous pouvons réellement choisir ce que nous ressentons. Nous pouvons choisir de nous déconnecter et de nous libérer de nos voies «connues» et de découvrir de nouvelles voies. Cette prise de conscience m’a donné beaucoup d’espoir et m’a fait croire en mon pouvoir de créer ma propre réalité.

Travailles-tu avec différents compositeurs?
J’adore collaborer avec d’autres artistes, mais cet EP a été spécifiquement écrit et composé par moi-même.

Un long projet en préparation?
Mon premier EP, «It’s all in your mind» (produit par Yogev Glusman, alias «iogi»), sort à l’été 2021 est un véritable portrait de mon parcours auto-réfléchissant. Il aspire à explorer le délicat et le fragile équilibre entre peur et liberté.

Quelle est la partie la plus difficile pour une artiste indépendante?
Je suppose que l’une des parties les plus difficiles est d’essayer de tout macro-gérer. En tant qu’artistes indépendants, nous devons généralement être impliqués dans l’aspect commercial, ce qui nécessite souvent beaucoup de temps, d’énergie et d’efforts. Faire face à ces disciplines non créatives peut devenir un peu écrasant et parfois même vous détourner de l’acte réel de créer un art significatif.

Comment as-tu vécu artistiquement et mentalement cette année de Covid?
Ce sont des temps difficiles pour l’humanité dans son ensemble. Notre monde s’est renversé, créant de l’incertitude et du stress pour tout le monde.
Personnellement, j’ai essayé de me concentrer sur les possibilités que ce nouveau monde a à offrir et j’ai continué à travailler sur ma musique. Je crois vraiment que la musique possède le véritable pouvoir de guérison par connexion, et j’espère que ma création atteindra et toucherait les cœurs et les âmes des gens, avec un peu de chance, apporterait un certain réconfort.

Pour suivre Daniel Netz sur les réseaux:
Instagram: @danielnetz
Facebook: DanielNetzOfficial
https://www.youtube.com/channel/UCjguCOThK48JkyB7JRAFZCg

Posted by:blendereditor

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.