Hello peux tu te présenter?
Cette question déclenche toujours une crise existentielle, mais je vais tenter le coup.
Je suis un artiste de 21 ans originaire de New York qui travaille dans la cryptographie pour financer mon rêve : une carrière dans la musique. Ma vie a toujours été définie par la dualité. D’une part, je suis bipolaire, donc j’oscille entre deux identités vacillantes – une maniaque et une dépressive. Je suis un lecteur passionné de philosophie, l’ayant étudié à l’UC Berkeley, mais mon travail à temps plein consiste à concevoir des plateformes de trading pour une société de cryptographie. Ma dualité s’étend aussi à la sphère créative ; Bien que la musique soit ma passion principale, je suis capable d’utiliser mes connaissances en graphisme pour créer des mondes dans lesquels vivre ma musique. C’est avec cet œil de conception que je suis capable de créer des maquettes et de diriger des visuels pour tous mes clips. Ma capacité à voir les motifs joue un rôle majeur dans ma créativité. Parfois, les poubelles empilées les unes sur les autres ressemblent à des grenouilles avec des chapeaux, des fissures dans le trottoir ressemblent à des toiles d’araignée et des ombres comme des feux qui dansent, et toutes ces choses m’inspirent et alimentent mon écriture.

Qu’est-ce qui t’as poussé à faire de la musique ?
Je joue de la musique depuis aussi longtemps que je me souvienne. J’ai eu ma première guitare à l’âge de 8 ans et j’ai écrit ma première “chanson” : “Le rouge est ma couleur préférée” haha. Mon véritable parcours d’écriture, cependant, a commencé à l’université, à la suite d’une dépression nerveuse. J’ai commencé à utiliser l’écriture de chansons comme thérapie, laissant mes pensées subconscientes éclabousser la page comme du vomi. L’écriture de chansons m’a fait sortir de beaucoup d’endroits sombres et je ne suis pas du genre à craindre ces expériences dans mon écriture. Au lieu de cela, j’essaie d’être aussi réel et émotionnellement honnête que possible afin que les autres personnes qui se sentent de la même manière puissent s’identifier et se sentir moins seules.

Quelle est l’histoire derrière « Shit » ?
Il était 5 heures du matin et j’avais un épisode maniaque, alors je suis allé au piano pour réfléchir. J’ai ces scripts qui se répètent dans ma tête chaque fois que je suis déprimé, les deux plus courants étant “Je suis incompétent” et “Je suis une merde”. – et je voulais récupérer le contrôle que mon esprit exerce sur moi ; Je pensais que si je me chantais ces scripts de manière comique, mon esprit les enregistrerait comme non menaçants et je serais capable de m’accepter tel que je suis. Alors j’ai fait ça, et avant de le savoir, je souriais et énumérais toutes les raisons pour lesquelles je pensais que j’étais une merde, et à ma grande surprise, ça ne piquait plus. ‘SHIT’ consiste à accepter ses défauts et ses insuffisances; il s’agit d’aimer vos appréhensions, de ne pas vous aimer malgré elles. Nous sommes tous des gens nuancés; nous avons tous des habitudes que nous aimerions ne pas avoir, mais il est vain de s’en vouloir pour elles, l’acceptation
c’est là que commence le vrai progrès. L’autonomisation n’est pas toujours duveteuse; cela vient de la compréhension et de l’acceptation de ses insuffisances et de ses limites. ‘SHIT’ est plus qu’une simple chaîne de jurons, c’est une proclamation de l’amour de soi. Je suis une merde, et j’adore ça !


Nous avons été impressionnés par la qualité de la musique. Travailles-tu avec différents compositeurs ou une équipe ?
Earth to Eve est un groupe composé de moi-même (chanteuse, paroliere/auteure-compositrice), Martin Della Nina (auteur-compositeur, pianiste, producteur) et Federico Giordano (auteur-compositeur, producteur, ingénieur.) Nous nous sommes rencontrés lors d’un programme de production musicale indépendante à UCLA Extension à 2019 et font de la magie ensemble depuis. Tout s’est joué en live en studio. Martin Della Nina et Mariano Barreiro étaient responsables de l’arrangement des cors, de la trompette de Sergio Wagner et de la batterie de Jorge Giorno. Le morceau a ensuite été mixé par Federico Giordano et masterisé par Javier Pares. Nous sommes vraiment fiers qu’il n’y ait pas d’instruments électroniques (“in the box”) dans ‘SHIT, et nous aimons avoir l’opportunité de travailler avec de nouveaux musiciens en fonction des besoins de la chanson.

Qu’imagines-tu que les gens font quand ils écoutent ta musique ?
C’est à eux ! Tant que les auditeurs ressentent quelque chose, c’est un effort louable pour moi. Je pense que cela varie vraiment en fonction de la chanson. J’essaie d’être aussi brut que possible ; Parfois, cela se traduit par des chansons d’une lenteur déprimante sur lesquelles j’imagine des gens moches pleurant et d’autres fois, cela produit des chansons comme “SHIT”, où j’imagine des gens danser, renverser des choses et faire un gâchis tout simplement en s’amusant. Quelle que soit l’ambiance, je veux qu’écouter ma musique soit une expérience cathartique. Que cela se produise lors d’un trajet en voiture tard dans la nuit, d’une session de fumette nostalgique tôt le matin ou d’une soirée dansante, cela m’importe peu, tant que la chanson fournit une sorte de libération émotionnelle.

Quelle est la partie la plus difficile d’être une artiste indépendante en période de covid ?
En tant que personne qui s’inspire beaucoup du monde extérieur, mais qui a de multiples troubles auto-immuns, être piégé à l’intérieur m’a obligé à regarder à l’intérieur, à faire une introspection sérieuse et à écrire des chansons basées sur des souvenirs et des traumatismes passés. Bien que cela produise de superbes chansons, devoir écouter mes pensées toxiques en replay sans aucune distraction du monde naturel a vraiment foutu ma santé mentale. La chose la plus difficile pour moi à propos de la pandémie a été de ne pas pouvoir travailler avec mes camarades de groupe et d’aller en studio. J’aime la collaboration et j’ai souvent besoin des autres pour échanger des idées, donc être obligé de travailler seul pendant un an a été une expérience très isolante.

Qu’est-ce que cela a changé dans ton quotidien d’artiste ?
Bien que je n’aie pas pu faire de collaborations en personne, j’ai eu la chance d’avoir trouvé des camps d’écriture de chansons de synchronisation en ligne où j’ai pu travailler avec des producteurs et des artistes du monde entier sur des emplacements spécifiques pour des émissions et des films. J’avais l’habitude de faire du bus sur Hollywood Boulevard, de jouer dans des bars et de toujours courir après le prochain concert, mais cette année, j’ai utilisé Clubhouse, une application de réseautage audio uniquement, pour jouer dans des salles remplies de personnes de tous les lieux et de tous les horizons, l’un de mes favoris étant le « Lullaby Club » explicite que je suggère fortement de vérifier si vous voulez vous endormir avec des musiciens et des artistes incroyables.Qu’est ce que tu as prévu pour 2021 ?
Honnêtement, je suis très excité de quitter enfin ma maison et de découvrir à nouveau le monde.

Liens pour la suivre:
IG:
https://www.instagram.com/earth.to.eve
FB: https://www.facebook.com/EarthtoEve
Website: https://earthtoeve.com


Posted by:blendereditor

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.