Comment vous êtes-vous rencontrés ?
J’écris, enregistre et joue depuis le lycée. Notre batteur, Sully, et moi nous sommes rencontrés à l’université. Nous avons formé un groupe et tourné, signé et vu tout se dissoudre assez rapidement, puis la même saison de la vie, nous avons tous les deux vu nos familles s’effondrer et nous étions des décrocheurs universitaires sans direction. C’était un point vraiment bas pour nous personnellement. J’ai écrit notre chanson « Bloom » pendant cette période sombre, que nous avons enregistrée à Humans Win ! Studio à Minneapolis et a été une sorte de réinitialisation pour nous en tant qu’artistes. Randon (synthé, magie sonique) y travaillait à l’époque et nous vibrions bien et le reste appartient à l’histoire.

3 mots pour décrire votre musique ?
Cinématique. Panache. Chic.

Pouvez-vous nous raconter l’histoire de « Black Swan » ?
J’aspirais à écrire une chanson comme celle-ci depuis des lustres, pleine d’émotions honnêtes mais habillée d’une certaine flamboyance. J’ai commencé “Black Swan” en 2019 à Ableton, puis Randon et Sully l’ont pris et ont créé une toute nouvelle ambiance autour de lui. C’était du hip-hop très heavy pendant environ un an avant de l’amener à Los Angeles et de le réécrire avec Eric Palmquist. Il s’agit d’aimer quelqu’un ou quelque chose et de savoir que ce n’est pas fait pour durer. C’est basé sur des souvenirs que j’ai, certains sont à moi, d’autres sont des choses que d’autres m’ont dites. Mes paroles ne sont pas toujours personnelles ou toujours littérales, mais j’aime faire des collages mentaux et ensuite écrire à leur sujet. Eric et moi avons fait des allers-retours sur certaines lignes en direct en studio, ce qui a apporté une énergie ludique à une chanson que je voulais à l’origine plus lourde émotionnellement. Nous n’avons pas eu de retour de chœur tout de suite, mais j’étais assis devant un vieux piano droit Steinway, jouant le chœur en boucle comme un fou et la ligne « Ce n’est pas de l’amour mais c’est réel pour le moment » vient de s’écouler et nous avons tous arrêté ce que nous faisions et nous nous sommes dit collectivement : « Ouais, c’est ça. » Ce n’est pas parce que quelque chose est temporaire qu’il n’a pas d’impact durable ou qu’il n’est pas réel. J’étais à la recherche d’un sentiment d’identité depuis si longtemps que j’avais oublié d’être présent dans ma propre vie, avec les gens qui la composent.


Quels sont vos processus pour produire une chanson ?
Historiquement, beaucoup de chansons commencent dans ma tête. J’ai des milliers de mémos vocaux, de sessions Ableton et d’idées. Ensuite, je les apporte à Randon et Sully et nous nous battons pour les faire Denny. Mais dernièrement, nous nous sommes juste réunis et avons créé des choses à partir de zéro, collectivement et c’est vraiment magnifique. La magie que je pense que les gens souhaitent toujours que leur groupe ou leur projet ait, Denny l’a. Chaque fois que nous créons. Ensuite, nous travaillons avec Eric à Los Angeles et il est si profondément en phase avec l’identité de Denny que notre travail ensemble est fluide, organique et personnel. C’est rare. Nous sommes généralement obsédés par les détails pendant trop longtemps, mais nous essayons d’être plus libres cette année et de sortir beaucoup de chansons.

Quel est votre daw et vos plugins préférés ?
Ableton. La préférence de DAW est subjective, mais je n’ai jamais travaillé sur une plate-forme plus conviviale pour l’écriture de chansons qu’Ableton. De plus, ils ont une excellente image de marque. Nous sommes des nerds de studio. Je me suis mis au matériel hors-bord analogique cette année et c’est une toute nouvelle façon de créer. Pour les plugins d’instruments, nous utilisons l’Arturia V Collection 8 tout le temps. C’est partout dans nos chansons. Serum est un pilier, avec u-he Diva, Softube Monoment et Output Arcade.

J’ai beaucoup aimé les plugins LA2A et 1176 d’Universal Audio pour le caractère et je reviens toujours à Fab Filter pour des besoins plus chirurgicaux et propres. Soundtoy’s Decapitator et oeksound’s soothe2 sont également utilisés sur presque tout. Randon ne jure que par Gullfoss sur le maître.

Jouer en live devant des fans n’a pas été autorisé pendant près d’un an, qu’avez-vous fait pendant la crise pandémique ?
Nous avons écrit une tonne de musique, diffusée en direct et interagi avec notre communauté en ligne. Denny’s a doublé de taille depuis mai 2020 et c’est 100% dû au fait que nos fans partagent nos chansons.

Travaillez-vous sur l’EP ou l’album ?
Oui. Je pense plus aux époques créatives qu’aux formats typiques de l’industrie, mais une version plus longue sortira cette année.

Quel est votre plat préféré quand vous faites de la musique ?
Bretzels. Rendez-vous. Burritos coréens au barbecue à Los Angeles.

Quelque chose que vous n’avez jamais dit à personne ? 😉
Je vais appeler notre premier album I could Never Fall Asleep As A Kid, But Tonight I’m Gonna Dream Forever. Je pense.

Vos projets pour 2021 ?
“Black Swan” vient de sortir le 21/05, la vidéo est sortie le 14/06 et notre prochain single s’appelle “Me Leaving You”, sorti en août. Peut-être aussi un court EP à l’époque.

Leur réseaux sociaux:
dennytheband.com
https://www.instagram.com/dennytheband
facebook.com/dennythebrand

Posted by:blendereditor

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.